Gestion des cookies

Que représente le signal ECG et comment l’interpréter ?



Tracé ECG sur papier millimétré

Le signal ECG permet de vérifier le bon fonctionnement du cœur chez un patient. Grâce à l’électrocardiographe, le personnel soignant peut visualiser la représentation graphique de l’activité électrique du cœur. L’analyse du signal ECG est utile dans le but de diagnostiquer des anomalies cardiaques telles qu’une arythmie, un risque d’infarctus, de maladie cardiaque cardiovasculaire ou encore extracardiaque. Dans cet article, découvrez les anomalies pouvant être détectées à l’aide du signal ECG, comment l’analyser et surtout comment l’interpréter.



L’activité électrique du cœur est une des deux composantes du rythme cardiaque. Elle est synchronisée avec la composante mécanique permettant le fonctionnement du cœur. L’activité électrique du cœur démarre avec ce qu’on appelle le nœud sinusal, situé à proximité de la paroi latérale de l’oreille droite. Le courant électrique part du nœud sinusal et se propage dans le cœur. Son passage dans les 2 oreillettes provoque leur contraction. L’examen d’électrocardiographie permet de mesurer cette activité électrique et ainsi de s’assurer du bon fonctionnement du cœur.


Schéma de l'activité électrique du coeur
© Crédits photo : Fédération Française de Cardiologie – fedecardio.org



Comment analyser un tracé ECG ?



Comme mentionné précédemment, le tracé ECG est une représentation graphique de l’activité électrique du cœur d’un patient. Son analyse est donc primordiale pour déterminer si le fonctionnement du muscle cardiaque est bon ou non.
Avant toute chose, il est nécessaire de rappeler que l’analyse du tracé ECG doit être faite par un professionnel de santé habilité avec méthode et rigueur afin d’obtenir le diagnostic le plus précis possible.

En premier lieu, le personnel soignant d’être en mesure de s’assurer de la qualité du tracé (vérifier que la ligne de base est stable, qu’aucun artefact -anomalies présentes sur le tracé, mais ne provenant pas du cœur- n’est présent). Une vérification de la calibration du signal ECG, du déroulement du papier, du positionnement des électrodes, de la date et de l’identification du patient doit également être faite.

Le personnel soignant pourra ensuite faire le point sur la situation du patient (symptômes, raisons de la consultation, âge, sexe, pathologies, traitements…). Ces informations sont nécessaires pour comprendre l’état de santé du patient, mais il faut veiller à ce qu’elles ne biaisent pas l’interprétation du tracé.

Après cela, le tracé peut être lu de haut en bas puis de gauche à droite, en commençant par les dérivations frontales, les dérivations précordiales et en terminant par le tracé d’une ou plusieurs dérivations.



Les éléments à analyser sont les suivants :

  • L’onde P (ou activité auriculaire) : Il s’agit de la première onde visible sur le tracé. L’onde P est la représentation de la dépolarisation auriculaire provoquée par la contraction des oreillettes.

  • Les complexes QRS (ou activité ventriculaire) : Le complexe QRS est l’élément le plus grand et le plus facilement visible du tracé ECG. Il représente la dépolarisation et la contraction ventriculaire.

  • La relation entre l’activité auriculaire et ventriculaire (ou conduction AV) : Cette relation peut être étudiée grâce à l’intervalle P-R (parfois appelé intervalle P-Q, intervalle P-QRS ou espace P-R).

  • La repolarisation : La repolarisation est analysée en vérifiant la déviation du Segment ST (ou JT) en fonction de la ligne de base. Il s’agit du segment qui débute à la fin du complexe QRS et qui se finit au démarrage de l’onde T. Ce segment représente le début de la repolarisation des ventricules.

Définition d'un tracé ECg
Différentes composantes du tracé ECG



Quand qualifier un ECG de normal ?



On appelle « ECG normal » d’adulte un ECG disposant d’un rythme sinusal situé entre 60 et 100/minute et sur lequel aucun segment et aucune déflexion ne sont anormaux.


Tracé ECG normal
ECG normal pour un patient masculin de 35 ans. © Crédits : e-cardiogram.com



Toutefois, les ECG parfaitement normaux sont exceptionnels, car de nombreuses variantes ECG de la normale existent. Les variantes ECG de la normale représentent des ensembles d’anomalies observés chez des patients non atteints de pathologie. Ces anomalies ne sont pas liées à un risque évolutif inquiétant et peuvent exister à chaque étape de l’activation électrique du cœur.

Tracé ECG: variantes de la normale
© Crédits : e-cardiogram.com


Il est important de garder à l’esprit qu’un ECG normal ne permet pas d’éliminer à 100% la présence d’une maladie du cœur. Pour rappel : chaque tracé doit faire l’objet d’une analyse complète par un professionnel de santé compétant.


Que permet de diagnostiquer l’électrocardiogramme ?



En mesurant l’activité électrique du cœur, l’ECG permet de détecter différents problèmes cardiaques chez le patient. Il est généralement effectué dans le cadre d’un suivi cardiologique, ou en cas de palpitations, de douleurs à la poitrine ou de pertes de connaissance paraissant anormales. Il a tendance à se généraliser dans l’ensemble des consultations et services des établissements de santé. Les problèmes suivants peuvent notamment être détectés grâce à l’électrocardiogramme :

  • L’arythmie : Également appelée dysrythmie, l’arythmie correspond à un rythme différent d’un rythme sinusal régulier (ce qui correspond au rythme physiologique habituel). Il existe plusieurs arythmies différentes telles que :

    – La dysfonction sinusale
    – La tachycardie
    – …

  • Le bloc : On parle de bloc lorsque la conduction intracardiaque est troublée (conduction retardée ou impossible). Plusieurs sortes de blocs peuvent être distinguées, notamment le bloc auriculoventriculaire (conduction troublée entre les ventricules et les oreillettes), le bloc sino-auriculaire (conduction troublée entre le nœud sinusal et l’oreillette) ou encore le bloc de branche.

  • Le syndrome coronarien aigu : Le syndrome coronarien aigu représente une insuffisance coronaire se matérialisant par un infarctus du myocarde, ou par un risque important d’infarctus dans un futur proche.

  • Les maladies cardiaques : L’ECG permet de diagnostiquer et d’évaluer les maladies cardiaques telles que :

    – La péricardite (inflammation du péricarde, la membrane qui recouvre le cœur) et l’épanchement péricardique (présence et accumulation de liquide inflammatoire ou hématique dans le péricarde).
    – La Dysplasie Ventriculaire Droite Arythmogène (DVDA) est une maladie du muscle cardiaque provoquant le remplacement des cellules musculaires cardiaques par du tissu fibreux et de la graisse.
    – Les valvulopathies sont des pathologies liées aux valves cardiaques (valve tricuspide, pulmonaire, mitrale ou aortique).

  • Les maladies extracardiaques : L’électrocardiogramme peut aussi permettre de diagnostiquer des maladies extracardiaques comme par exemple l’embolie pulmonaire (branche de l’artère pulmonaire obstruée) ou la maladie du cœur pulmonaire chronique (insuffisance et élargissement du ventricule droit du cœur).

  • Les maladies cardiovasculaires : L’hypertension artérielle ou la syncope peuvent également être détectées lors de l’ECG.



Electrodes ECG positionnées sur le torse d'un patient




Les ECG Philips, une gamme complète facilitant la prise de décision



La gamme d’ECG Philips est composé de plusieurs appareils permettant de s’adapter aux besoins de chaque service hospitalier. Composée des PageWriter TC10, TC20/30, TC50 et TC70, la gamme d’électrocardiographes Philips conviendra pour les EHPAD, service de télémédecine, de médecine, de chirurgie, d’urgences et réanimation, de cardiologie, de consultations cardiaques, etc.

Grâce à une précision clinique très performante, et le relevé de mesures automatiques permettant de faciliter la prise de décision, le professionnel de santé habilité pourra effectuer la meilleure analyse et le meilleur diagnostic possible pour le patient.


Les ECG Philips permettent de diagnostiquer les anomalies cardiaques suivantes :

  • La tachycardie

  • La bradycardie

  • Le bloc de branche

  • L’infarctus du myocarde



Philips a pensé aux utilisateurs de la gamme ECG dès sa conception en proposant une gamme intuitive, grâce à des plateformes communes et des interfaces tactiles. Il est alors relativement simple pour le personnel soignant de passer de la manipulation d’un ECG à un autre. Par ailleurs, avec le système de gestion Philips IntelliSpace ECG, les tracés sont consultables à tout moment, ce qui permet de comparer les tracés passés et les tracés en cours afin d’établir un diagnostic et une prise à charge adaptés au patient.



ECG de la gamme Philips TC PageWriter






Source : L’ECG de A à Z, Pierre TABOULET, éditions Maloine.