Gestion des cookies

Pourquoi et comment intégrer l’ECG dans le dossier patient informatisé ?




Médecin discutant avec un patient en regardant ECG Dématérialisé




Le Dossier Patient Informatisé présente de nombreux atouts tant pour le personnel soignant que pour le patient. En effet, la mise en place de ce dernier permet d’optimiser la prise en charge du patient tout en s’assurant de respecter la sécurité et la confidentialité des données du patient. Qu’est-ce que le DPI ? Quels sont les avantages et inconvénients à y intégrer l’ECG ? Quand franchir le pas et que dit la réglementation ? Découvrez nos réponses au sein de cet article.


Le dossier patient informatisé permet de regrouper toutes les données médicales (radios, résultats d’analyses, lettres de patriciens, comptes-rendus de consultations…) d’un patient dans un seul et même dossier informatique. Ce dernier permet de répondre à deux objectifs majeurs qui sont :


  • L’amélioration de la qualité des soins fournis au patient tout en s’assurant que les informations restent confidentielles et sécurisées.

  • L’optimisation de la prise en charge des patients pour le personnel soignant.



Les avantages du dossier patient informatisé :




Comme mentionné précédemment, la mise en place du dossier patient informatisé permet de regrouper l’ensemble des données de santé du patient en un seul dossier. Le DPI ne représente pas une simple « fiche patient » enregistrée de manière informatique mais permet de pouvoir obtenir un suivi patient complet et précis, ce qui favorise une meilleure communication entre praticiens et permet de répondre aux réglementations en vigueur en termes de traçabilité du suivi patient.

Les principaux avantages du DPI sont donc les suivants :

  • Améliorer le suivi du patient : Le fait de pouvoir réunir l’intégralité des informations nécessaires à la prise en charge du patient (Bilans de santé, rapports de consultations, etc.) permet aux différents patriciens intervenant dans le parcours de soins, d’obtenir toutes les informations importantes pour effectuer le meilleur diagnostic possible.

  • Gagner du temps à chaque étape de la prise en charge patient : Le DPI représente un gain de temps non négligeable dès la prise de note, jusqu’à la consultation par d’autres professionnels de santé en passant par la rapidité de classification de l’information.

  • Optimiser la communication entre professionnels de santé : Grâce à ce dossier unique, chaque professionnel de santé peut avoir un aperçu du parcours de soins du patient. Cela s’avère très utile, notamment lors d’un changement de médecin. Ce dernier pourra alors rapidement accéder à toutes les informations dont il a besoin pour connaître son patient.

  • Mieux sécuriser les informations : Les données patient sont stockées sur les serveurs sécurisés de l’établissement de soins et protégées grâce aux sauvegardes. Cela permet ainsi de réduire les risques de pertes ou de violation de ces données.

  • Gagner de la place au sein de l’établissement : Puisque les données sont sauvegardées sur serveur et non en format papier, cela libère un espace non négligeable dans un établissement de soins. Par ailleurs, le DPI permet ainsi de gagner du temps dans la gestion des archives.


Professionnel de santé consultant le Dossier patient informatisé



Pourquoi intégrer l’ECG au dossier informatisé ?



L’ECG est un des examens les pus fréquents dans un établissement de soins. En effet, ce dernier joue un rôle important dans plusieurs services hospitaliers (EHPAD, service de médecine, de chirurgie, urgences et réanimation, cardiologie…) et permet d’établir une multitude de diagnostics.

Toutefois, l’impression du tracé ECG présente plusieurs inconvénients :

  • Un coût d’impression important : Une impression à chaque examen représente une consommation importante de papier thermique pour ECG.

  • Une perte de temps quand l’examen n’est pas effectué par une personne habilitée à interpréter le tracé : Il arrive parfois que le professionnel en charge d’effectuer l’examen ECG ne soit pas habilité à interpréter le tracé (un ou une infirmier(e) dans un EHPAD ou dans un service cardiologie par exemple). Dans ce cas, les processus peuvent être allongés, le temps d’apporter le tracé imprimé au cardiologue.

  • Une durée de conservation réduite : Avec le temps, la qualité de l’impression peut se réduire, et certaines parties du tracé peuvent s’effacer, ce qui ne permet pas de bien établir des conclusions lors de la consultation d’anciens tracés.

Consultation d'un ECG au format numérique


L’informatisation du tracé ECG permet alors de répondre à ces différentes problématiques tout en facilitant les processus et assurant une gestion rapide, efficace et économique des examens ECG. En effet, les coûts d’impressions et les délais d’interprétation sont réduits grâce à l’informatisation et la qualité des tracés est durable dans le temps. L’intégralité de la gestion du flux ECG se fait alors de façon numérique.


Par ailleurs, avec les tracés ECG informatisés, les actions suivantes sont possibles :

  • Consultation de l’ECG en format numérique (sur PC ou tablette)

  • Exportation en PDF

  • Impression sur une imprimante de bureau

  • Intégration rapide au DPI

  • Consultation en réseau du tracé



Les inconvénients de l’informatisation de l’ECG dans le dossier patient :



Comme toute solution, l’informatisation de l’ECG peut présenter des inconvénients pour certains de ses utilisateurs. Il faut alors pouvoir peser le pour et le contre pour connaître le rapport bénéfices / risques et ainsi voir si la solution présente plus de points positifs ou négatifs. Les difficultés rencontrées peuvent être les suivantes :

  • Certains patriciens trouvent plus de facilité à interpréter un tracé papier : Pour certains cardiologues l’impression est privilégiée, car cela leur permet d’ajouter des annotations sur le tracé ou d’interpréter plus facilement.

  • Tout le monde n’a pas la même aisance quant aux outils numériques : Même si l’environnement numérique prend de plus en plus de place dans les vies personnelles et professionnelles, certaines personnes rencontrent des difficultés dans l’utilisation de l’informatique.

  • La menace de la violation de données par piratage informatique peut freiner l’informatisation des données de santé : Les piratages d’établissements de soins par l’intermédiaire de logiciels ransomware peut parfois faire peur et certains établissements peuvent être dissuadés de tout informatiser.


Si ces inconvénients peuvent être tout à fait entendables, leur impact est plutôt restreint et réside plutôt dans des interprétations. Le rapport bénéfices/risques penche donc en faveur des bénéfices puisque ceux-ci permettent d’améliorer la prise en charge patient et de fluidifier les processus dans le but de consacrer un maximum de temps aux patients.



Que dit la réglementation ?



Protection des données de santé pour le DPI


Puisque le DPI contient des données sensibles, à savoir des données de santé du patient, son utilisation est bien encadrée par des obligations légales.

La base de la réglementation sur le DPI repose sur le secret médical. Cela signifie que chaque membre du personnel soignant disposant d’informations sur un patient est tenu de ne pas les communiquer à une personne tierce. En revanche, les professionnels de santé d’une même équipe de soins peuvent, bien évidemment échanger des informations sur l’état de santé du patient nécessaires à sa bonne prise en charge. Mentionné dans l’article L1110-4 du Code de la santé publique, le secret médical peut être levé dans certaines conditions mais reste un pré-requis dans l’univers médical et hospitalier.

Ce genre d’informations est également encadré par le RGPD, et la sécurité des données de santé des patients doit être assurée. En effet, les données de santé sont considérées comme des données sensibles, et à ce titre, les professionnels de santé et établissements de soins doivent mettre en place les mesures nécessaires pour garantir leur sécurité. Voici quelques recommandations de la Commission Nationale de l’Informatique et des Libertés (CNIL) :



Puisque le DPI contient des données sensibles, à savoir des données de santé du patient, son utilisation est bien encadrée par des obligations légales.

La base de la réglementation sur le DPI repose sur le secret médical. Cela signifie que chaque membre du personnel soignant disposant d’informations sur un patient est tenu de ne pas les communiquer à une personne tierce. En revanche, les professionnels de santé d’une même équipe de soins peuvent, bien évidemment échanger des informations sur l’état de santé du patient nécessaires à sa bonne prise en charge. Mentionné dans l’article L1110-4 du Code de la santé publique, le secret médical peut être levé dans certaines conditions mais reste un pré-requis dans l’univers médical et hospitalier.

Ce genre d’informations est également encadré par le RGPD, et la sécurité des données de santé des patients doit être assurée. En effet, les données de santé sont considérées comme des données sensibles, et à ce titre, les professionnels de santé et établissements de soins doivent mettre en place les mesures nécessaires pour garantir leur sécurité. Voici quelques recommandations de la Commission Nationale de l’Informatique et des Libertés (CNIL) :


  • Instaurer un accès protégé aux outils informatiques

  • Sécuriser les codes d’accès personnels

  • Eteindre les équipements informatiques en cas d’absence

  • Utiliser des antivirus et pare-feu

  • Effectuer des sauvegardes régulières

  • Vérifier que le contrat de maintenance et d’assistance soit adéquat avec la protection des données

  • Sensibiliser le personnel soignant

  • Etc.



Quand franchir le pas ?




A partir du moment où un patient peut être emmené à effectuer un ECG dans plusieurs services d’un même établissement, alors le pas vers l’informatisation des tracés ECG peut être franchi. En effet, si plusieurs équipes de soins d’un hôpital ou d’une clinique peuvent intervenir dans le parcours de soins du patient, alors la présence de l’ECG dans le Dossier Patient Informatisé permettra de simplifier les processus.

Par ailleurs, dans un grand établissement (tel qu’un Centre Hospitalier Universitaire par exemple), il se peut que le professionnel de santé habilité à interpréter l’ECG soit dans un endroit éloigné des salles de consultations dans lesquels sont effectués les examens ECG. Si tel est le cas, alors l’informatisation de l’ECG permettra facilement de gagner du temps lors de la transmission du tracé par les infirmiers.




IntelliSpace ECG, et IntelliBridge Enterprise, des solutions adaptables permettant de simplifier les processus



Docteur avec patient consultant ECG dématérialisé


Afin de permettre aux professionnels de santé de pouvoir simplifier les processus de manière rapide et efficace, il existe des systèmes de gestion et des solutions d’interopérabilité permettant l’informatisation des rapports et notamment des tracés ECG.


Le système de gestion des ECG Philips IntelliSpace ECG permet aux professionnels de santé de consulter rapidement les tracés ECG à n’importe quel moment et de n’importe quel endroit de l’établissement.
Avec IntelliSpace ECG, les informations liées aux examens ECG d’un ou plusieurs patients peuvent être consultés depuis un ordinateur fixe ou portable, une tablette ou encore un téléphone mobile grâce au client web IntelliSpace ECG Anywhere. Ce système de gestion des ECG permet également au personnel soignant de consulter les ECG en cours ainsi que les ECG antérieurs afin de les comparer facilement et effectuer le suivi de l’état de santé du patient.


Une fois les ECG informatisés grâce à IntelliSpace ECG, ils peuvent être transmis directement dans le dossier patient informatisé avec la solution d’interopérabilité Philips IntelliBridge Enterprise (IBE).
Cette solution permet de faire le lien entre les systèmes cliniques Philips et le système d’informatisation (SI) des établissements de soins afin de permettre la simplification des processus.


IBE permet une transmission de données efficace et sécurisée et propose une fonction d’interfaçage HL7 pouvant prendre en charge tous les systèmes DPI. Enfin, IBE rationnalise les processus de travail du personnel soignant an automatisant certaines tâches telles que le remplissage des informations administratives du patient et l’exportation de fichiers. Le personnel soignant peut alors se consacrer de manière optimale sur la prise en charge patient puisqu’il n’a plus à effectuer l’impression, la numérisation et l’association manuelle des tracés ECG au bon patient.