Qu’est-ce que le cancer de la prostate et comment est-il détecté ?

Bien qu’étant le cancer le plus répandu sur les patients masculins, le cancer de la prostate est encore trop méconnu. Comment est-il détecté ? Comment est-il traité ? Quelles sont les solutions efficaces pour un diagnostic rapide ? Nous vous en disons plus dans cet article.



Qu’est-ce que la prostate ?

Situation de la prostate chez l'homme


La prostate est une glande située entre le rectum et la vessie de l’homme. Chez un patient en bonne santé, la prostate a une taille similaire à celle d’une noix, cependant son volume peut augmenter notamment en cas d’hypertrophie de la prostate. Cette glande entoure et protège l’urètre : le canal interne du pénis permettant le passage de l’urine et du sperme.

Sa fonction première est d’agir dans l’action d’uriner (ou miction) grâce à la présence de sphincters en amont et en aval.  La prostate a également une fonction sexuelle, puisqu'elle est responsable de la préparation du sperme et de l'éjaculation.

C’est parce que la prostate remplit ces deux fonctions qu’un cancer de la prostate peut être détecté par des changements dans le fonctionnement de l’appareil urinaire ou sexuel d’un homme.

La prostate est composée de 3 zones :

  • La zone périphérique postérieure
  • Deux lobes symétriques antérieurs. On les appelle l’adénome. Chez l’homme âgé, l’adénome a tendance à se développer plus que chez l’homme jeune, c’est l’hypertrophie bégnine de la prostate. Cette hypertrophie peut causer des problèmes récurrents chez les patients âgés mais ne représente pas toujours un risque de cancer.


Différence entre un patient disposant d'une prostate normale et un autre atteint d'hypertrophie de la prostate

Le cancer de la prostate : le plus répandu chez l’homme 


Le cancer de la prostate est une maladie causée par le développement de cellules anormales au sein de la prostate. Il peut arriver que ces cellules se multiplient et s’étendent à l’extérieur de la prostate en se développant dans des parties du corps proches ou éloignées de la prostate.

Le cancer de la prostate est une maladie grave, mais en règle générale elle est détectée à un stade précoce ou lorsque sa croissance est lente. Cette détection précoce permet de limiter le risque de propagation et peut même permettre de ne pas avoir besoin d’un traitement ou d’une intervention chirurgicale immédiate, ce qui représente un meilleur niveau de qualité de vie chez le patient. De plus, cela lui évite également de souffrir des symptômes que sont les troubles urinaires, intestinaux ou sexuels dû à un traitement agressif parfois évitable.

C’est pour éviter des traitements non nécessaires qu’il est important d’obtenir un diagnostic précis de l’état du cancer et de son développement. Cette précision permettra au personnel soignant de constater l’emplacement exact du cancer ainsi que l’état de son avancée et ainsi pouvoir s’adapter à la situation de chaque patient.


Les symptômes du cancer de la prostate


Lorsqu’il en est au premier stade de développement, le cancer de la prostate de la prostate peut ne pas présenter de symptômes ou de risques particuliers pour le patient. Lorsque le développement du cancer est à un stade plus avancé, les symptômes peuvent être les suivants :

  • La sensation d'une envie soudaine et récurrente d'uriner
  • Difficultés à uriner (par exemple, difficulté à démarrer ou incapacité à uriner ou débit urinaire faible)
  • Gêne pour uriner
  • Sang dans le sperme ou l'urine
  • Malaise dans la région pelvienne
  • Douleurs osseuses
  • Problèmes d'érection

Toutefois, la présence de ces symptômes chez un patient ne signifie pas forcément que ce dernier est atteint d’un cancer. En cas de présence de l’un de ces symptômes, le geste systématique à avoir est de prendre rendez-vous avec son médecin traitant.


Comment le cancer de la prostate est-il diagnostiqué ?


Généralement, le cancer de la prostate est détecté lors du dépistage du patient puisqu’à la naissance du cancer, les symptômes ne sont pas toujours présents. En revanche, lorsque le cancer est à un stade avancé, il peut être détecté par l’apparition de troubles sexuels ou urinaires. En cas de suspicion d’un cancer de la prostate chez un patient, certains tests peuvent être nécessaires, tout comme une biopsie finale qui permettra un diagnostic précis et confirmera la présence ou non d’un cancer.

De nos jours, le dépistage du cancer de la prostate est effectué de plusieurs manières : par un examen rectal numérique (ERD), par une analyse sanguine du taux d'APS et, plus récemment, par un examen IRM.

  • Test sanguin PSA : Le test sanguin PSAmesure la quantité d'antigène spécifique de la prostate dans le sang. Le PSA est une protéine produite par les cellules de la prostate. Un homme atteint d'un cancer de la prostate présente souvent des taux élevés de PSA. Cependant, certains hommes atteints d'un cancer de la prostate présentent un faible taux de PSA.  Les niveaux de PSA peuvent également être augmentés par plusieurs autres conditions médicales non liées au cancer.
  • Examen rectal numérique (ERD) : Lors d'un examen rectal numérique, le médecin insère un doigt ganté et lubrifié dans le rectum et examine la prostate pour détecter toute irrégularité de taille, de forme et de texture qui pourrait permettre de détecter un cancer.
  • IRM avant la biopsie pour le diagnostic du cancer de la prostate : Depuis 10 ans, les techniques d'imagerie par résonance magnétique (IRM) ont évolué et ont démontré une sensibilité et une spécificité élevées pour le cancer de la prostate. Pour utiliser cette technique, plusieurs professionnels de santé sont amenés à collaborer ensemble : le radiologue, l’urologue et le pathologiste. Cette collaboration a pour but de localiser et définir la maladie du patient. Le radiologue interprète l'IRM multiparamétrique afin identifier les lésions et leur attribuer un score de 1 à 5, appelé score PI-RADS. L’IRM ne peut cependant pas détecter les lésions à 100% ni évaluer l’état exact des cellules. C’est pour cette raison la biopsie reste la seule méthode complémentaire qui peut confirmer le diagnostic du cancer de la prostate.  Toutefois, lorsque l'IRM révèle une valeur prédictive négative élevée, un examen d'expert concluant à l'absence de lésion peut conduire à reporter une biopsie.


La solution KOELIS™ : la technologie pour le diagnostic du cancer de la prostate


Depuis plus de dix ans, notre partenaire KOELIS aide les urologues et les radiologues du monde entier dans leur pratique clinique de routine en leur fournissant les dernières technologies. Afin d'apporter des réponses personnalisées à chaque patient dans le respect de sa qualité de vie, KOELIS a développé Trinity™ le premier cartographe à base d'images.

Trinity permet aux médecins de réaliser des biopsies précises et ciblées, guidées par fusion IRM/US transpérinéale ou transrectale, sous anesthésie locale ou générale.

Il est équipé de la technologie exclusive Organ-Based Tracking™ qui garantit l'exactitude de la biopsie. Sans modifier les pratiques cliniques habituelles, cette technique permet de mieux contrôler les localisations de la biopsie spécifiquement pour chaque patient et, par conséquent, d'augmenter le taux de détection et de renforcer la base pour la poursuite de la prise en charge du cancer de la prostate.